Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter du forex.

Recherche

Stratégies et décisions

Envoyer

Pour espérer réussir de façon durable (et réussir tout court) sur le Forex, il est indispensable de bien définir sa stratégie et d’établir un plan de trading, afin de prendre les bonnes décisions une fois dans l’action. Définir sa stratégie veut dire comprendre la nature du marché et les risques éventuels. Cela signifie aussi savoir quel genre de personne vous êtes et donc quel genre de trader vous serez – et ajuster en conséquence votre plan pour pouvoir faire des profits et éviter des pertes.
 

Prix, volumes et volatilité

Les transactions sur le Forex ont généralement une courte durée de vie. Environ 80% d’entre elles sont clôturées en moins d’une semaine, 40% ne durent même pas plus de deux jours. A cause de cela, de nombreux traders se reposent largement sur les indicateurs techniques pour prendre des décisions d’entrée, de sortie et de placement d’ordre.
 
Rappelez-vous ce que nous avons dit du Forex. Les marchés de devises sont par nature très spéculatifs et volatiles. Comparée à une autre, n’importe quelle devise peut voir son prix chuter ou atteindre des sommets. Cela peut arriver sur un intervalle de temps qui se mesure en jours, heures ou même minutes. Le Forex est imprévisible. Le Forex est ce qui s’approche le plus de ce qu’on appelle un « marché parfait », sur lequel les lois de l’offre et de la demande sont les seule influences possible de ce qui arrive sur le marché.
 

La gestion de risque sur le Forex 

Gérer le risque suppose tout d’abord de le comprendre. Le risque est ce qui peut potentiellement causer une perte, Les pertes peuvent êtres temporaires ou permanentes. Les situations suivantes peuvent avoir une influence sur vos finances, n’oubliez donc pas d’en tenir compte au moment de faire votre plan de trading :
  • Corrections inattendues des taux de change. Vous pensez avoir identifié la bonne tendance et vous assistez à un brusque revirement, les taux se mettent à suivre la direction opposée. 
  • Variations d’ampleur exceptionnelle des taux de change. La tendance générale est bien celle que vous pensiez, mais une pointe exceptionnelle (à la hausse ou à la baisse) va au-delà de la limite fixée pour limiter les pertes et ferme automatiquement votre position.  
  • Volatilité extrême des marchés. Similaire au cas précédent, sauf que cela survient en continu. Si vous traitez sur un horizon de temps incompatible avec cette volatilité, vous risquez de confondre les pointes avec des mouvements de tendance et prendre de mauvaises positions. 
  • Paiements qui se perdent.  Cela peut arriver entre vous, le broker et le marché auquel cas vous devrez effectuer une recherche pour récupérer votre profit.
  • Confirmation des créances et retards de paiement. Semblable au cas précédent, sauf que la « perte » n’est que temporaire. Mais le temps, c’est de l’argent …   
  • Erreurs entre le prix du contrat et les versements effectués. Il peut s’agir d’une simple erreur à corriger, ou d’un broker qui ne garantit pas un spread ou une exécution immédiate. 
 

Rollover – les frais à prendre en considération   

Si vous n’êtes pas un « day-trader », certaines de vos opérations continueront d’un jour sur l’autre. On dit qu’elles « roulent » (roll over en anglais) et en fonction de la situation, vous recevrez ou devrez payer un intérêt sur la position. Ces rollovers, ou frais de roulement, se calculent en regardant les taux d’intérêt des deux devises traitées.
 
Voici un exemple. Supposons que vous vous intéressiez à l’or et que la possibilité de voir les cours de l’or grimper vous ait amené à être long (à acheter) la paire AUD/USD (changeons un peu du sempiternel EUR/USD !).
Supposons aussi que les taux interbancaires aux Etats-Unis ne soient pas aussi élevés qu’en Australie. Puisque vous achetez des dollars australiens, vous êtes crédité d’intérêts à un taux plus élevé, et puisque vous vendez des dollars américains on vous débite des intérêts à un taux plus bas.
D’un jour à l’autre vous faites donc un (léger) gain, de l’ordre de 0,5 pips. A l’inverse, si les taux interbancaires aux États-Unis avaient été plus élevés, vous auriez payé la différence au lieu de la recevoir.
 

Lire entre les lignes du rollover 

Ces rollovers peuvent sérieusement écorner vos profits si vous êtes du « mauvais côté » des taux d’intérêt, et que vos positions « roulent » plusieurs fois sans générer de profit suffisant.
 
D’autres éléments à prendre en compte sont les conditions qu’applique votre broker au paiement ou crédit des frais de roulement. Certains brokers ne les payent pas à moins que votre marge ne représente au moins 2% de votre levier total (une autre bonne raison pour faire un usage raisonnable des leviers).
 
Encore un point à vérifier au moment où vous vous apprêtez à tester vos aptitudes sur un compte de démo avec le broker en question.
 
Il est possible que les frais de roulement soient peu significatifs, mais ils nous amènent à nous pencher sur un autre sujet, les Carry Trade, l'opération sur les écarts de rendement qui joue sur l’achat quand les taux d’intérêt sont élevés et la vente quand ils sont bas.
 
Nous évoquons rapidement à la fin de cette formation les développements récents ou actuels ayant lieu sur le Forex.
 

Les stratégies de trading  

Les stratégies de trading demandent de la discipline. Utiliser des instruments tels que les ordres de prise de bénéfice contribuent à une stratégie disciplinée et permettent également de faire autre chose de sa vie qu’être constamment collé à son écran pour suivre le marché ! Les ordres de prise de bénéfice, ou ordres limites, permettent de sortir d’une transaction à un niveau cible prédéterminé. 
 
Les systèmes qui offrent cette possibilité devraient seulement vous permettre de placer des ordres de prise de bénéfice tombant du bon côté d’une transaction. Par exemple, si vous vendez une paire de devise (êtes court), le système devrait seulement permettre de placer un ordre de prise de bénéfice sous le cours actuel du marché, puisque c’est là qu’est le profit. Naturellement, cela veut dire que si vous achetez (êtes long), la même logique s’applique et le système devrait au contraire limiter les ordres aux niveaux qui sont supérieurs au cours actuel.
 
Il est également possible de placer des ordres permettant de sortir d’une transaction à un point prédéterminé afin de limiter un accroissement de pertes. Ces ordres stop-loss signifient qu’en tant que trader, vous pouvez avoir raison dans moins de 50% des cas mais néanmoins réaliser un profit.
 

Parvenir au bon compromis

La manière d’employer des ordres de prise de bénéfice et les stop-loss dépend : 
  • Du degré de volatilité du marché  
  • Du niveau de risque que vous êtes prêt à accepter 
Ces deux facteurs jouent en sens contraire. Il faut un minimum de latitude dans les ordres de stop-loss, ou la volatilité normale du marché le déclenchera trop rapidement. De même, les ordres de prise de bénéfice doivent être placés en fonction des gains raisonnables à espérer d’une transaction.
 
Vous pouvez calculer à quel point vous avez  « besoin d’avoir raison » en fonction des niveaux de stop-loss et de prise de bénéfice que vous établissez. Par exemple, avec un stop-loss à 30 pips et une prise de bénéfice à 100 pips, vous avez besoin d’avoir raison seulement un tiers du temps pour faire un profit.
 

 

Nos brokers favoris

  • Support 24h/24
  • Dépôt Min.100$
  • Compte Démo
  • Dépôt Min.100$
  • Compte Démo
  • 300EUR gratuits